Comment a changé notre vie le Coronavirus?

Jose Miguel Ramirez Pacheco

Etudiant en LEA Commerce International, persévérant, consacré, intelligent, Carpe Diem.

Derniers commentaires

Pas de commentaire

Découvrir RÉSONANCES

Découvrez par vous-même les contenus publics de RESONANCES

Partagez cette page via

  • Twitter
  • facebook
  • Linkedin
  • Viadeo
  • Courriel

 

 

coronavirus

 

Eh bien, oui, je pense que nous avons tous été infectés par ce virus, et au final, que vous  ayez eu des complications médicales ou non, vous êtes probablement quelqu'un d'autre. 

 Le virus a porté un coup très dur à notre société, il a ébranlé les piliers qui soutenaient  ce que nous pensions être fondamental ou indispensable, il nous a fait repenser les cho ses vraiment importantes, tant de choses que nous considérons comme allant de soi et  nous avons cessé de nous en soucier, comme nous le faisons pour nous-mêmes. 

 Ce fut un réveil, un coup à l'arrière de la tête, de se réveiller de ce rêve où nous allons  comme du bétail, sans regarder nulle part, de reprendre conscience de notre environne ment, de ceux qui nous entourent, d'être réellement présents dans nos maisons, dans  nos corps et dans tout ce qui compose nos vies. 

Les choses quotidiennes sont devenues un luxe, comme pouvoir aller où on veut, com bien de détails notre rue a, maintenant chacun est vraiment différent, tant d'endroits où  nous aimerions aller, au bar, au gymnase, au travail, à l'école, chez un ami, mais nous ne  pouvons pas. 

Qu'en est-il de tous ces projets, rêves, réunions, voyages, anniversaires qui ont dû  être reportés, il y avait des naïfs comme moi, qui pensaient vraiment que ce ne serait que  deux semaines, il semblait que la normalité ne serait pas modifiée, mais nous devions en  assumer les conséquences et essayer de prendre les décisions appropriées. 

Qu'en est-il de tous ces plans à court ou moyen terme que nous avons été obligés de re porter ? Il est devenu plus douloureux de devoir prendre des décisions, de changer ce  voyage que nous avons tant attendu, de reporter le déménagement de cet endroit dont  nous avions tant besoin, de célébrer des anniversaires sans nos proches, ces emplois  qui ont été si difficiles à obtenir et qui ont été perdus, ces entreprises qui ont stagné,  nous avons tous dû appuyer sur le bouton pause, nous vivons un peu de deuil ou un cer tain sentiment de déni pour que cela arrive. 

 Nous devons faire une pause, et essayer d'accepter ce qui s'est passé, d'accepter les  changements de plan et de penser qu'il a dû en être ainsi, pour une raison que nous allons bientôt découvrir. Je pense que c'est la manière la moins douloureuse de gérer cette  situation, de comprendre que nous devons prendre des décisions, non pas avec colère  ou frustration, mais avec la certitude que ces nouveaux plans seront meilleurs que les  précédents, afin de pouvoir essayer de réorganiser nos vies, nos voyages, notre travail,  notre famille, nos jours à venir en général, bien qu'en y pensant après cela, l'avenir ne  semble pas si sûr, si tant est que beaucoup d'entre nous ont dû repenser tous les plans. 

Concentrons-nous sur le positif 

 C'est vrai, les personnes qui sont capables de faire ressortir le positif dans l'adversité  ont une longueur d'avance. Pendant ces longues journées de quarantaine, j'ai pu me dé tendre plusieurs fois dans le jardin quand le temps le permettait, en comprenant qu'à l'ex térieur tout change, maintenant que j'y pense je ne me souviens pas avoir vu le ciel de  ma ville si vivant, je ne savais pas qu'il pouvait être si bleu, même quand il est nuageux  vous pouvez mieux l'apprécier, il n'a plus cette couleur grisâtre qui me rappelait que je  vivais sous un nuage de pollution créé par nous-mêmes. 

 Pendant ma deuxième semaine de confinement, je me souviens d'être allé dans ce  même jardin, où je cours parfois, et la sensation de l'air était celle de la campagne, il fai sait léger, il faisait un peu froid, cela m'a amené à ces moments où je me promenais avec  mes parents dans la campagne, à Mérida– Le Venezuela, j'avais déjà oublié après tant  d'années ce que l'on ressentait, nous sommes habitués à respirer la fumée des voitures  et toute la merde que nous jetons à l'environnement.  

Un jour ensoleillé, allongé sur le canapé avec les fenêtres ouvertes, j'ai remarqué qu'il y  avait beaucoup de bruit, mais contrairement aux nombreuses personnes qui crient habi tuellement dans ma rue animée, ce n'était pas gênant, c'était un bruit agréable, j'enten dais des centaines de petits oiseaux chanter là-bas au milieu de Rennes. 

Je me suis rappelé combien j'aime cuisiner pour moi-même et pour les autres, que  cela me fait du bien de voir les autres apprécier ce que je fais, pour la première fois j'ai  fait un masque facial, je m'entraînais presque tous les jours, je prenais à nouveau soin de  moi, j'ai compris au quinzième jour quand je me suis vu dans le même pyjama qu'avoir  une armoire pleine de vêtements neufs n'est pas aussi important que je le pensais. J'ai  dû nettoyer à nouveau mon temple intérieur, tailler le jardin des jugements extérieurs, arroser les plantes qui représentent mon estime de soi, reconnaître ceux qui pensent à moi  en ces temps de solitude et essayer d'être plus attentif à eux, de la même manière me  connecter avec toutes ces personnes qui sont importantes pour moi, en leur disant com bien elles me manquent, regarder dans ces coins où les choses sont en plein chaos et  faire quelque chose pour les mettre en ordre. 

Je conviens que ce virus a été une honte pour nous en tant qu'humanité, en raison du  nombre de vies qu'il a prises, de l'impact négatif sur l'économie et de l'effondrement de  notre "normalité", mais je crois honnêtement qu'il sera un grand professeur pour nous, il  réaffirme ma croyance en une société plus collectiviste, où la priorité est donnée à toutes  ces choses qui nous profitent à tous et pas seulement à quelques-uns, que nous devenons plus conscients des gens qui nous entourent, de notre famille, de nos amis, de nos  collègues de travail et de nos voisins, même ceux que nous ne connaissons pas, que l'on  éveille de l'empathie pour les personnes qui souffrent ou qui en ont le plus besoin.

Tous  les habitants du monde devraient avoir accès à des soins de santé décents, gratuits et de  qualité, les personnes comme les médecins, les enseignants, les policiers devraient avoir  des salaires décents, être appréciés pour ce qu'ils sont, des éducateurs dans notre société, ceux qui nous soignent et ceux qui nous protègent. J'aimerais penser que nos gouver nements vont repenser la manière dont nos ressources sont investies, j'espère qu'ils  commenceront à investir davantage dans la science et la santé que dans les armes et la  puissance militaire. 

Aujourd'hui, nous sommes tous les mêmes, riches, pauvres, pas si riches, noirs, blancs,  gays, hétéros, catholiques ou athées, tous aussi vulnérables au virus, il ne fait aucune  distinction entre ces caractéristiques, ce qui est la plus grande leçon de la nature de  l'égalité, quémandant l'union de nos frontières et le soin de notre écosystème, le Covid19 ne distingue ni ne classe les gens comme nous, alors, qui est vraiment plus dange reux, lui ou nous, qui a tué plus de gens au cours de l'histoire, le virus ou nous, je laisse  cela à vos critères. 

 C'est un sujet très grossier, il y a beaucoup de choses à définir, l'origine, à qui la fau te, si elle vient de l'exploitation ou de la consommation d'espèces animales, il aura été  fabriqué en laboratoire ou d'autres choses sans fin, ce dont je suis sûr, c'est que nous  sommes dans une ère d'apprentissage et de réinvention pour nous tous, et vous, le virus  vous a-t-il changé ? 

José Miguel Ramirez Pacheco