TGV Max a un an : évolution de l'offre

Loukian Jacquet

Vice Président Étudiant de l'Université Rennes 2

Derniers commentaires

Pas de commentaire

Découvrir RÉSONANCES

Découvrez par vous-même les contenus publics de RESONANCES

Partagez cette page via

  • Twitter
  • facebook
  • Linkedin
  • Viadeo
  • Courriel

Dans un communiqué, Voyages SNCF (à ne pas confondre avec le site de réservations) fait le bilan après un an d'offre TGV Max. 79€ par mois pour voyager en illimité, à condition de réserver des places parmi un quota mis à disposition par train. Les abonnés sont appelés les "maxtrotters".

En plus des statistiques, des annonces viennent faire évoluer l'offre phare (100 000 abonnés!) avec notamment :

- Un engagement sur des places supplémentaires mises à disposition progressivement de J-30 au jour du départ,

- Des avantages comme une réduction systématique de 20% sur le réseau Ouibus, ou un forfait illimité au bar TGV sur les boissons chaudes, moyennant l'achat d'un gobelet à 3€ lors du voyage,

- Une régulation des réservations de places. Alors qu'auparavant on pouvait annuler sa place à la dernière minute, et il n'y avait rien qui vérifiait si la réservation était prise dans le vide (donc une place quota TGV Max sur un train qui n'est pas utilisée), le délai est fixé à 5h maximum avant le départ, et un système de "cartons" jaunes/rouges pour les réservations non honorées est mis en place, un peu à l'image de feu IDTGVmax. A la clé, une restriction des réservations simultanées (au lieu de six, seule une réservation possible) pour les "mauvais" maxtrotters qui ne libèrent pas leur place à deux reprise en trente jours, ou une réservation supplémentaire (soit sept) pour les maxtrotters n'ayant écopé d'aucun carton au bout d'un an.

En bref de ces quelques nouveautés : des avantages, mais surtout quoi qu'on en dise des conditions plus restrictives sur les réservations après un an d'essai et de succès commercial pour l'abonnement. Conditions certes demandées par une partie de la communauté TGVMax se sentant lésée par les réservations non occupées qui en empêchent de nouvelles, mais compliquant aussi fortement les choses avec le délai de 5h, ce qui ne permet plus vraiment de faire face aux imprévus. Reste à savoir comment le service client pourra s'assurer que le maxtrotter est bien à bord du TGV réservé. Quelques pistes, qui ne sont, pour les trois, pas systématiques : le contrôle à bord, le contrôle embarquement, ou un système de check-in en se connectant au wifi du TGV dont le déploiement est progressif.